Print This Post
Les enlèvements d’épaves ne sont pas en baisse

Les News-enlevement epave 21-09-2012

 

Les enlèvements d’épaves ne sont pas en baisse…

Des statistiques ont montré à la fin du premier trimestre 2012 une baisse du nombre d’accidents impliquant des voitures avec des poids lourds. Des chiffres qui restent cependant controversés, car malgré la baisse, l’ampleur des dégâts aussi bien matériels qu’humains reste signifiante. Les tâches des Sociétés d’enlèvement d’épaves n’ont pas changé proportionnellement. Que faut-il en déduire ?

Baisse des accidents mais non des enlèvements d’épaves

Malgré le chiffre avancé au début de l’année concernant la baisse des accidents poids lourds, ce qui impliquait une baisse des enlèvements de voitures accidentées, la Direction générale de la gendarmerie nationale a parlé d’une nuance. En effet, la baisse de 6% ne signifie pas baisse des enlèvements d’épaves !  Les accidents qui se sont produits sont restés lourds de conséquences aussi bien sur le plan humain que matériel. Résultat : les sociétés d’enlèvement de voitures ont continué à être hautement sollicitées cette année.

Quand la voiture n’est plus qu’une épave

Est statué comme une épave une voiture qui a été victime d’un accident grave, d’un incendie ou d’un vol de ses pièces la rendant immobilisée, ne pouvant plus se déplacer de manière autonome. C’est par le biais d’une expertise commanditée par la compagnie d’assurance qu’une voiture devient officiellement une épave. Si la voiture a été immobilisée sur la route, une Société d’enlèvement de voiture peut intervenir pour la remorquer, mais aussi pour la récupérer afin de la recycler ensuite. Ce sont les autorités compétentes qui prennent la décision de l’enlèvement de la voiture.

Comme les règles n’ont pas changé quant à leur appréciation, il est possible de déduire que les accidents impliquant voitures et poids lourds sont moins fréquents mais impliquent plus de véhicules, donc seraient plus graves…